Coups de cœur du rayon Littérature

française et étrangère

La rose de Saragosse

par Raphaël Jerusalmy

Résumé :
Saragosse, 1485. Tandis que Torquemada tente de s’asseoir sa terreur, un homme aux manières frustres pénètre le milieu des conversos qui bruisse de l’urgence de fuir.
Il s’appelle Angel de la Cruz. Il est un familier : un indic à la solde du plus offrant. Mais un artiste aussi.
La toute jeune Léa est la fille du noble Ménassé de Montesa. Orpheline de mère, élevée dans l’amour des livres et de l’art, elle est le raffinement et l’espièglerie.
Dans la nuit que l’Inquisition fait tomber sur l’Espagne, Raphaël Jerusalmy déploie le ténébreux ballet qui s’improvise entre ces deux-là.

Coup de cœur :
Saragosse, 1485. L’inquisition frappe.
Un sombre personnage s’introduit dans une famille de convertis. Un mystérieux dessinateur tapisse la ville de caricatures.
Art, histoire, amour ; un style élégant. Tous les ingrédients pour passer un très bon moment.

Désorientale

par Négar Djavadi

Résumé :
Si nous étions en Iran, cette salle d’attente d’hôpital ressemblerait à un caravansérail, songe Kimiâ. Née à Téhéran, exilée à Paris depuis ses dix ans, Kimiâ a essayé de tenir à distance son pays, sa culture et sa famille. Mais les djinns échappés du passé la rattrapent pour faire défiler l’étourdissement diaporama de l’histoire de Sadr sur trois générations : les tribulations des ancêtres, une décennie en révolution politique, les chemins de traverse de l’adolescence…

Coup de cœur :
Les tribulations de personnages fabuleux et attachants, sur trois générations, en Iran et en France.
Une forme romanesque qui mêle avec talent petite et grande histoire.
Roman enchanteur !

 

Neverland

par Timothée de Fombelle

Résumé :
Neverland est un retour au pays d’enfance, un irrésistible voyage vers ces hauts territoires perdus que nous portons tous en nous.

Coup de cœur :
« Je suis parti un matin d’hiver en chasse de l’enfance. Je ne l’ai dit à personne. J’avais décidé de la capturer entière et vivante. »
Neverland est un (presque) premier roman. Timothée de Fombelle est un auteur jeunesse incontournable, connu, reconnu et traduit dans le monde entier (Tobie Lolness ; Vango ; Le livre de Perle … ) qui fait ici une première incursion dans la littérature adulte. Il ne lâche pas pour autant son thème de prédilection. La première ligne pourrait commencer par Il était une fois… tant ce texte se nourrit des contes et de textes classiques.
Un magnifique hommage à Peter Pan et un texte sublime sur l’enfance et le bonheur de retrouver en plein âge adulte, l’enfant que nous étions et que nous ne devons pas oublier.

Une histoire des loups

par Emily Fridlund

Résumé :
Madeline, adolescente un peu sauvage, observe à travers ses jumelles cette famille qui emménage sur la rive opposée du lac. Un couple et leur enfant dont la vie aisée semble si différente de la sienne. Bientôt, alors que le père travaille au loin, la jeune mère propose à Madeline de s’occuper du garçon, de passer avec lui ses après-midi, puis de partager leurs repas. L’adolescente entre petit à petit dans ce foyer qui la fascine, ne saisissant qu’à moitié ce qui se cache derrière la fragile gaieté de cette mère et la sourde autorité du père.
Best-seller dès sa parution aux États-Unis, le premier roman d’Emily Fridlund a été acclamé par la critique.
Traduit de l’américain par Juliane Nivelt

Coup de cœur :
Entre passé et présent, nous suivons Madeline, narratrice émouvante et singulière, de ce premier roman fascinant et troublant. D’une écriture tendue et poétique, Emily Fridlund, tisse une histoire sombre dont l’étrangeté dérangeante nous accompagne pas à pas vers le dénouement tragique.
Encore un beau succès pour cette rentrée des éditions Gallmeister dans leur collection Nature Writing qui nous révèle une écrivaine de grand talent (et encore un très beau travail de traduction).

Encore vivant

par Pierre Souchon

Résumé :
Un récit autobiographique à travers lequel P. Souchon (journaliste au Monde Diplomatique, chez Fakir… ) évoque sa bipolarité. Alors qu’il vient de se marier avec une fille de la grande bourgeoisie parisienne et qu’il a trouvé un emploi de journaliste, le narrateur, victime d’une crise maniaco-dépressive, est délogé d’une statue de Jean Jaurès où il a trouvé refuge et est conduit à l’hôpital psychiatrique. Premier roman.

Coup de cœur :
L’auteur se met à nu et nous livre un premier roman coup de poing, témoignage poignant sur sa maladie psychiatrique, ce texte fort et sensible est profondément humain.
L’écriture suit les méandres de la vie et de la psyché du narrateur : étourdissante, tourmentée, syncopée, traversée de quelques moments de douceur et de poésie.
Un cri plein de courage et de révolte qui résonne jusque dans son titre !
Un premier roman remarquable et à découvrir !

L’enfant qui

par Jeanne Benameur

Résumé :
Ébranle par la disparition inexpliquée de sa mère, un enfant tente de trouver sa place et sa présence dans le monde. Son père et sa grand-mère l’accompagnent dans cette quête.

Coup de cœur :
Un texte court et dense qui tient plus du conte que du roman. La narration est singulière, saisissante, le narrateur parle à l’enfant en lui disant « tu » et dans le même temps, s’adresse au lecteur et l’accompagne.
Tissée de poésie, la voix de Jeanne Benameur est bouleversante  !
Puissant et sublime, d’une incroyable richesse… dans la lignée des Demeurées.

Handi-Gang

par Cara Zina

Résumé :
Djenna vit à Lyon avec Sam, son fils handicapé. Depuis quelque temps, elle s’inquiète pour lui. Un jour, elle décide de le suivre. Elle l’observe s’arrêter devant un groupe de jeunes invalides, avec lesquels il a décidé de se rebeller en s’en prenant aux lieux qui leur sont inaccessibles.

Coup de cœur :
Un roman plein d’une colère communicative, de frustration et d’humour (de beaucoup d’humour) .
Léger, intelligent et rythmé, un texte d’une énergie folle dont se détachent des personnages incarnés et attachants.
Un uppercut que l’on reçoit avec un grand plaisir !
Pertinent, impertinent et jubilatoire !

La nature exposée

par Erri De Luca

Résumé :
Dans un petit village, au pied de la montagne, un sculpteur aide les migrants à passer la frontière et attire ainsi l’attention des médias. Il décide alors de quitter son village et s’installe au bord de la mer. Il se fait engager par le prêtre de la commune pour restaurer la statue d’un Christ en lui retirant le cache-sexe dont l’avait affublé un clergé pudibond.

Coup de cœur :
Erri De Luca nous offre un très beau texte engagé empreint de force, d’humilité et de compassion. À la fois réflexion sur le sacré et le profane, célébration de l’art et de la sensualité, ce roman est profondément humaniste, délicat et lumineux.
Peut-être son meilleur roman ?

Americanah

par Chimamanda Ngozi Adichie

Résumé :
Ifemelu et Obinze, lycéens issus de milieux favorisés, tombent amoureux l’un de l’autre. Leur pays, le Nigeria, est sous le joug d’une dictature militaire et ils rêvent de partir en Amérique. Leur expérience de l’exil se révèle plus compliquée que prévu : Ifemelu découvre le racisme de l’Amérique, tandis qu’Obinze vit un cauchemar en Angleterre. Quinze ans plus tard, ils se retrouvent au Nigeria.
Traduit de l’anglais (Nigeria) par Anne Damour.

Coup de cœur :
Un roman dense, fouillé, captivant, drôle, engagé… tout à la fois histoire d’amour impossible, roman d’aventure et satire sociale. Avec un talent de narration extraordinaire, l’auteur dresse une galerie de personnages attachants et généreux.
Un ton vif et irrévérencieux pour un régal de lecture : Magistral !

Le grand jeu

par Céline Minard

Résumé :
Une femme décide de s’isoler dans un refuge accroché à la paroi d’un massif montagneux. Elle s’impose la solitude, ainsi qu’un entraînement physique et spirituel intense. Elle cherche, dans cette mise à l’épreuve, à savoir comment vivre. Mais sa rencontre inattendue avec une ermite bouleverse ses plans.

Coup de cœur :
Comme toujours avec Céline Minard, le lecteur est surpris et ébloui. Elle déploie sa belle plume et nous entraîne à la suite de sa narratrice pour une promenade méditative doublée d’une magnifique leçon de philosophie. La description appliquée de cet ermitage, servie par un sens du détail exacerbé, donne au texte une belle portée spirituelle.
Un roman d’une originalité et d’une force surprenante !