Beaucoup d’amour et quelques cendres

par Julien Sandrel

Résumé :

MYSTERE, AVENTURE, HUMOUR ET LARMES… UN NOUVEAU ROMAN MAGISTRAL D’EMOTION SIGNE JULIEN SANDREL Lucia, Hortense, Joséphine, Arsène, Max. Cinq inconnus qui n’auraient jamais dû se rencontrer, mais qui ont reçu la même invitation, aussi excitante qu’inattendue, pour une mystérieuse chasse au trésor à travers la Californie. Lucia est une étudiante enceinte de quatre mois, Hortense une quadra aux prises avec un maître chanteur, Joséphine et Arsène forment un couple de retraités fantasque, Max exerce l’étrange métier de « disperseur de cendres » des défunts…
Tous les cinq se retrouvent sur le tarmac de l’aéroport de San Francisco, où les accueille Jim, qui sera leur guide tout au long du voyage. Très vite, des détails vont dérailler. Et ce voyage qui s’annonçait comme une parenthèse de rêve va se révéler beaucoup plus déstabilisant que prévu. Et s’il ne s’agissait pas d’un simple jeu ? Au bout de l’aventure, un trésor les attend, qui ne ressemblera en rien à ce qu’ils imaginaient…
Il y aura quelques larmes. Et beaucoup d’amour. En explorant la rédemption et l’amour sous toutes ses formes, Julien Sandrel nous offre ici un nouveau roman d’une grande intensité, au dénouement bouleversant !

Coup de cœur :

Coup de cœur pour ce magnifique roman qui démarre doucement l’air de rien et nous bouscule pour ne plus nous laisser filer ! Nous embarquons dans une incroyable aventure avec des protagonistes aux personnalités originales et à la psychologie habilement disséquée. L’intrigue est passionnante, teintée de mystères, peuplée d’humour et d’émotions et au twist final bluffant. Une ode à la vie, à l’amour, au pardon dans une histoire unique ! En commençant la lecture de ce roman, on est très très loin d’être capable d’imaginer où Julien Sandrel va nous transporter !!!

Il existera toujours un chemin

par Bruno Combes

Résumé :

Margot a renoncé à son rêve de devenir médecin. Un soir où les coups pleuvent plus que d’habitude, elle s’enfuit… Alexandra, influenceuse à Dubaï, n’en peut plus de ce métier. Lorsque son agent et amant la trahit, elle décide de revenir aux sources, dans son Pays basque natal… Mathieu s’est endetté pour acheter une propriété viticole en Espagne.
Ruiné, usé par la pression parentale et à bout, il finit par déserter les siens… Ces trois accidentés de la vie se rencontrent par hasard sur le Camino Francés, l’un des chemins qui mènent à Compostelle. Au fil des marches et des échanges, parviendront-ils à retrouver  la voie du bonheur ?

Coup de cœur :

Un magnifique roman de Bruno combes sur la quête de sens dans une vie ! Une plume profondément humaine qui procure de magnifiques émotions ! Ces personnages, tous si différents, traversent des difficultés qui leurs paraissent insurmontables… Pourtant, par le biais de la rencontre, de l’amitié, du chemin physiquement parcouru, le chemin se fait aussi dans leurs réflexions et leurs introspections pour trouver leurs voies. Trois destins qui se croisent pour partager un moment essentiel de leur vie. Des histoires de fuites, de libérations et de reconstructions personnelles… Une belle lecture pour nous rappeller, si besoin est, que la seule richesse importante est celle du coeur et du respect de soi. <3

L’île haute

par Valentine Goby

Résumé :
Un enfant arrive en hiver dans une région de haute montagne. Parisien il découvre la neige pour la première fois. Un décor impensé, impensable se dresse devant lui, cerné de pics et de glaciers qui par instant se dessinent dans l’épaisseur du brouillard. Là-haut, la nature règne en maître au rythme des saisons, ces cycles immuables au cours desquels des hommes et des femmes, des gosses, aux vies modestes mais d’une humanité décuplée par le sens et la nécessité de leurs tâches, vont partager leur monde avec ce citadin, ébahi.

Coup de cœur :
Roman initiatique et roman paysage, pictural, délicat, bouleversant et éblouissant. L’écriture ample de Valentine Goby et son rythme lent, s’accordent subtilement au souffle des saison qui bercé cette île haute, montagne fabuleuse, terre refuge.
Un émerveillement !

La patience des traces

par Jeanne Benameur

Résumé :
Psychanalyste, Simon a fait profession d’écouter les autres, au risque de faire taire sa propre histoire. À la faveur d’une brèche dans le quotidien vient le temps du rendez-vous avec lui-même. Cette fois encore le nouveau roman de Jeanne Benameur accompagne un envol, observe le patient travail d’un être qui chemine vers sa liberté. Pour Simon, le voyage intérieur passe par un vrai départ, par le lointain Japon : ses rituels, son art de réparer, ses floraisons…
Quête initiatique qui contient aussi tout un roman d’apprentissage bâti sur le feu et la violence (l’amitié, la jeunesse, l’océan), c’est un livre de silence(s) et de rencontre(s), le livre d’une grande sagesse, douce, têtue, et bientôt, sereine.

Coup de cœur :
Une fois de plus, Jeanne Benameur nous saisie et nous ravie par la justesse et la délicatesse de sa prose. Un beau roman plein de vie, de douceur, de violence, de sagesse et d’espoir.

Les voleurs d’innocence

par Sarai Walker

Résumé :
Il était une fois dans les années 1950 six jeunes filles aux doux prénoms de fleurs qui vivaient avec leurs parents dans l’opulence d’une grande bâtisse victorienne. Mais ceci n’est pas un conte de fée : c’est l’histoire de la malédiction des sœurs Chapel.
Tout commence pourtant bien : par une noce. Mais à peine est-elle mariée, que la sœur aînée meurt mystérieusement, laissant sa famille en état de choc. Puis la deuxième connaît le même sort. Quel malheur pèse sur les Chapel ? Belinda, la mère à l’esprit torturé, hantée par les fantômes, semble pouvoir prédire leur funeste destin. Mais peut-on se fier à ce qui sort de son cerveau embrumé ? Quant à Iris, la cadette, elle est bien décidée à survivre. Quitte à devoir faire un bien sombre choix.

Coup de cœur : Un roman sombre et envoûtant, aux accents gothiques, dont l’intrigue se distille telle un poison lent. Merveilleux et profondément féministe.

Sur l’épaule des géants

par Laurine Roux

Résumé :

« – Dieu sait ce que cette petite va me coûter en psychanalyse, avec une famille pareille ! – Au pire, elle finira artiste, ce qui est toujours bon pour le cœur. Au mieux, elle aura du succès, ce qui résout d’autres problèmes, souriait la désormais arrière-grand-mère ». Des découvertes de Louis Pasteur jusqu’aux attentats du World Trade Center, en passant par la Grande Guerre et Mai 68, l’incroyable épopée du clan Aghulon s’écrit sur quatre générations.
Dans cette famille d’originaux, les femmes portent des noms de fleurs, les chats philosophent, et l’on rêve autant de baisers que de microscopes ou de musique. Des Cévennes à Paris, la pétulante Marguerite nous entraîne dans des aventures rocambolesques à travers un siècle tragique et fabuleux, mais toujours trépidant.

Coup de cœur :

A travers l’arbre généalogique de la famille Aghulon, Laurine Roux nous invite à traverser un siècle et demi d’Histoire ! Une très belle écriture littéraire pour nous faire vivre les joies et les peines de cette famille scientifique, œnologue, musicienne et qui nous permet de croiser une belle brochette de personnages historiques, dont Pasteur et Picasso ! Belles histoires familiales, belles histoires de vies, belles relations notamment avec leurs chats philosophes mais aussi les pertes, les guerres, les séparations en traversant cette période historique qui passe  inévitablement par les deux guerres mondiales, mai 1968 et autres moments difficiles… Un enchaînement de péripéties qui se déroule sur un rythme effréné de la moitié du XIXe siècle à nos jours.

Un très beau moment de lecture !

« Ce que l’on retient de ce jour, c’est qu’il existe des êtres capables de rayonner par-delà la mort, auxquels il est facile de faire ses adieux, car leur esprit est encore si vivant qu’on a l’impression de simplement leur dire, à bientôt. »

Le génie et les ténèbres

par Roberto Mercadini

Résumé :
Quand ils se rencontrent, à Florence, au tout début du XVIe siècle, Michel-Ange a vingt-six ans et Léonard quarante-neuf. Michel-Ange est capricieux, perfectionniste, aussi pieux qu’il est négligé dans ses manières, mais déterminé à se frayer un chemin à coups de burin. Léonard de Vinci est un hédoniste aux contours plus nuancés, aussi élégant qu’un dandy, mais qui ne respecte aucune échéance, s’intéresse autant aux sciences qu’aux arts, et devient même, parmi les multiples métiers qu’il exerce pour gagner sa vie, musicien de cour.
Avec son talent de conteur d’exception, Roberto Mercadini redonne vie aux hommes plus encore qu’aux artistes et ressuscite à merveille leur monde disparu : les troubles et les splendeurs de cités légendaires, quantité d’œuvres sublimes, une foule de personnages historiques hauts en couleur, peintres, sculpteurs, architectes, papes, condottieres, comtesses guerrières et moines rebelles. A la Renaissance, comme dans les vies de Léonard et de Michel-Ange, rien ne sépare la lumière des ombres : le génie solaire des gestes parfaits de l’artiste cohabite toujours avec les ténèbres de ses obsessions.

Coup de cœur :
Léonard de Vinci et Michel-Ange sont nés pour être rivaux. Rien ne les a opposés davantage que leurs tempéraments.  Avec brio et rigueur, « Le génie et les ténèbres » nous plonge au cœur de leur rivalité légendaire en ces temps obscurs, exaltants et tragiques de la Renaissance.  Une belle écriture au service du portrait passionné de ces deux génies.

Une heure de ferveur

par Muriel Barbery

Résumé :
Haru est un marchand d’art, un japonais qui a aimé une femme française qui n’est restée avec lui que le temps de dix nuits. De cet amour est née une enfant, qu’il n’a jamais pu approcher. ce livre conte l’amour d’un père lointain dans un pays où la beauté et la violence mêlée autorisent plus qu’ailleurs l’intériorité des êtres, le bonheur au cœur de la tristesse.

Coup de cœur :
Après « Une rose seule » l’autrice nous offre, dans une langue poétique et envoûtante, la vie de ce père jamais rencontré mais oh combien attentif à la vie de Rose.
Une merveille !
« Tu as toujours rêvé d’ailleurs sans jamais y aller, tu as voulu des étrangères, tu as vu en l’art un autre lieu où tu puisses panser tes plaies secrètes. Ta solitude te pousse à fui, mais tes blessures te maintiennent au sol. Pourtant je sens en toi un point de rédemption mais je ne sais pas voir lequel. « 

La route

par Manu Larcenet

Résumé :
L’apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres et de cadavres. Parmi les survivants, un père et son fils errent sur une route, poussant un caddie rempli d’objets hétéroclites, censés les aider dans leur voyage. Sous la pluie, la neige et le froid, ils avancent vers les côtes du sud, la peur au ventre : des hordes de sauvages cannibales terrorisent ce qui reste de l’humanité. Survivront-ils à leur périple ? Après « Le Rapport de Brodeck », Manu

Coup de cœur :
Larcenet adapte de nouveau une œuvre majeure de la littérature.
Avec cet album, Manu Larcenet réussit une adaptation d’une originalité absolue et pourtant d’une totale fidélité. D’un roman-culte il fait un album d’une beauté saisissante, à la fois puissant et poignant. Il dessine en noir et blanc et beaucoup de gris une apocalypse réaliste, grave et désespérée. Incontestablement un des chefs-d’œuvre de la bande dessinée moderne.

Trois cailloux

par Olivier Tallec

Résumé :
En haut de la montagne vivent trois cailloux. Chaque matin, ils admirent les cimes, comptent les moutons dans la vallée et regardent les plantes aromatiques pousser. Ils y vivent une belle vie de cailloux. Mais un jour, un éclair a fracassé la montagne et c’est ainsi qu’ils ont été chassés. De rebonds en ricochets, ils ont cherché de nouveaux endroits où vivre une belle vie de cailloux.

Coup de cœur :
Olivier Tallec encore et toujours au sommet de son art ! Comment fait-il pour rendre aussi expressif et attendrissant un cailloux, petit tas vaguement oblong ? Et bien je ne sais pas, mais il y arrive sans mal ! Un petit conte philosophique drôle, original et poétique à dévorer dès 3/4 ans.