Coups de cœur du rayon Polar

La cité des marges

par William Boyle

Résumé :

Brooklyn, années 1990. Donnie Parascandolo, flic brutal et corrompu, rend des services à un truand local avec deux comparses. Décidé à donner une petite leçon à un joueur minable, il outrepasse quelque peu ses instructions et jette l’homme d’un pont. Malheureusement, le joueur minable ne savait pas nager. Ce qui n’empêchera jamais Donnie de dormir. Il sait bien que dans ce quartier les Italiens règlent leurs affaires entre eux, et que lui n’a rien à craindre de personne.
Mais quelques années plus tard, un gamin que Donnie avait tabassé découvre une vérité qu’il n’avait jamais imaginée et prend une décision qui va changer sa vie. Et pas seulement la sienne, tant les destinées des habitants de ce quartier s’entremêlent de toutes les manières possibles.

Coup de cœur :

« La cité des marges » est un roman choral plein d’humanité. Puissante et d’une justesse implacable, la plume de William Boyle nous embarque dans une fresque de personnages dont les destins se lient au grès des pages. Entre flics pourris, jeunesse désabusée, écrivain raté et quinqua déprimée, plongez dans les entrailles d’un Brooklyn désenchanté mais pourtant rempli d’espoir.

L’affaire Dan Cooper

par Pierre Mikaïloff

Novembre 1971. Dan Cooper devient le plus mystérieux des pirates de l’air. Après avoir détourné un Boeing, il saute en parachute au-dessus des forêts de Portland et disparait à tout jamais avec sa rançon. Pour le journaliste Mark Anderson, cette affaire est une obsession : pendant 45 ans, il a mené l’enquête, essayé de doubler la police, épluché les rapports… Et alors que le FBI décide de classer l’affaire, Anderson entend parler d’un nouveau témoin essentiel.
L’occasion de replonger dans ses notes et de revenir sur les interrogatoires de ceux qui, chacun à leur manière, racontent le mystère Cooper et réinventent le mythe du hors-la-loi. Dans ce roman, Pierre Mikaïloff s’approprie l’une des plus légendaires affaires criminelles américaines. A travers la vie de quelques anonymes, il nous dresse en creux un portrait de l’Amérique, de ses chercheurs d’or contemporains, de ses monstres et de ses doutes.
Coup de cœur : une affaire jamais résolue, une douzaine de coupables potentiels et une fin surprenante. Sympathique restitution d’un mystère qui a préoccupé les américains pendant des années.

Requiem pour une République

par Thomas Cantaloube

« Je connais bien la question algérienne. Je connais bien la police. Je ne veux pas être désobligeant avec vous, mais il y a des choses qui vous dépassent. L’intérêt supérieur du pays nécessite souvent que l’on passe certains événements, certaines personnes, par pertes et profits ». Automne 1959. L’élimination d’un avocat algérien lié au FLN tourne au carnage. Toute sa famille est décimée. Antoine Carrega, ancien résistant corse qui a ses entrées dans le Milieu, Sirius Volkstrom, ancien collabo devenu exécuteur des basses œuvres du Préfet Papon, et Luc Blanchard, jeune flic naïf, sont à la recherche de l’assassin.
Une chasse à l’homme qui va mener ces trois individus aux convictions et aux intérêts radicalement opposés à se croiser et, bien malgré eux, à joindre leurs forces dans cette traque dont les enjeux profonds les dépassent.
Coup de cœur : très bon polar à l’intrigue riche en politique et en coup bas, dans une ambiance d’époque bien reconstituée.

Dictionnaire amoureux du polar

par Pierre Lemaitre

« Autant prévenir tout de suite (j’espère que vous lisez ces lignes avant d’acheter…) : les amateurs de définitions maîtrisées, de monographies exhaustives, d’analyses thématiques seront déçus. C’est à un écrivain que l’éditeur a confié ce Dictionnaire amoureux, je parlerai donc ici en romancier et en lecteur. Il y aura des oublis impardonnables, des injustices criantes, des jugements contestables, c’est inévitable : c’est un dictionnaire de ce que j’aime et encore n’ai-je pas pu mettre tout ce que j’aime ».
Qu’on l’appelle noir ou policier, qu’on le qualifie de « littérature de genre » – comme s’il n’appartenait pas à la littérature tout court -, le polar ne manque pas de papes, rois, reines (ou prétendus tels), chapelles, querelles, ego… mais surtout de romans qui emportent, frappent, terrifient, marquent les esprits comme les époques. Adepte des livres, films, séries qui racontent – ou dénoncent – le monde tel qu’il va mal, Pierre Lemaître, avec la liberté d’esprit, l’engagement et la verve qu’on lui connaît, brosse ici un panorama international jouissif et personnel.
Attention : bible du noir érudite, éclectique et réjouissante.

Sur le ciel effondré – Une enquête du capitaine Anato en Amazonie française

par Colin Niel

En raison de sa conduite héroïque lors d’un attentat en métropole au cours duquel elle a été défigurée, l’adjudante Angélique Blakaman a obtenu un poste à Maripasoula, sur le Haut-Maroni, là où elle a grandi. Mais les bords du fleuve ont changé, redessinés par les orpailleurs à coups de dancings et de bordels. Au-delà, s’ouvre la forêt et le territoire des Amérindiens wayanas, qui peu à peu se détachent de leurs traditions, tandis que s’infiltrent partout les évangélistes.
C’est là que vit Tapwili Maloko, le seul homme qui met un peu de chaleur dans le coeur d’Angélique. Aussi, lorsque de sombres nouvelles arrivent de son village, elle n’a d’autre choix que de mener l’enquête. A ses côtés, le capitaine Anato, noir-marron comme elle, et pour elle prêt à enfreindre certaines règles. Avec cette héroïne que ses colères tiennent comme une armure, Colin Niel nous fait entrer dans une Guyane secrète, qui n’a pas tout perdu de ses pouvoirs anciens, lorsque les hommes vivaient auprès des dieux.

Huit crimes parfaits

par Peter Swanson

Libraire spécialisé en roman policier, Malcolm Kershaw reçoit la visite surprise du FBI. L’agent Gwen Mulvey enquête sur deux affaires étranges : une série de meurtres qui rappelle un roman d’Agatha Christie, et un accident qui fait écho à un livre de James Cain. Elle espère donc que l’avis d’un expert du genre lui permettra d’interpréter correctement les (rares) indices à sa disposition. Et ce n’est pas tout : Malcolm, quinze ans plus tôt, a publié sur son blog une liste intitulée « Huit crimes parfaits », où figuraient ces deux intrigues.
Serait-il possible qu’un tueur s’en inspire aujourd’hui ? Très vite, l’angoissante certitude s’impose : le tueur rôde déjà à proximité. Malcolm commence à le voir partout, et sent un véritable noeud coulant se resserrer autour de son cou.

Vis-à-vis

par Peter Swanson

Illustratrice talentueuse mais psychologiquement fragile, Hen a enfin trouvé un équilibre dans sa vie. Elle déménage avec son mari dans une jolie petite ville proche de Boston et sympathise avec ses voisins, Mira et Matthew. Mais à l’occasion d’un dîner, Hen repère dans le bureau de Matthew un trophée sportif lié à un ancien meurtre non élucidé et qui l’a obsédée par le passé. Hen sait maintenant qui est le tueur.
Pire encore, elle comprend très vite que Matthew sait qu’elle sait. A moins que tout cela ne soit le symptôme d’un nouvel épisode psychotique… ou alors une simple coïncidence.

Tuer le fils

par Benoît Séverac

Un fils tue pour prouver à son père qu’il est un homme. Des années plus tard, lorsque le fils sort de prison, le père est assassiné. Hasard ou coïncidence ? Pour prouver à son père violent, qui le méprise depuis toujours, qu’il est un homme, un vrai, Matthieu commet un meurtre. Il prend quinze ans de prison. Au lendemain de sa libération, son père est assassiné et le coupable semble tout désigné. Mais aux yeux des enquêteurs, cela ne colle pas : pourquoi Matthieu sacrifierait-il encore sa liberté ? Entre virilité toxique, Odipe délétère, résilience, fiction et réalité, l’inspecteur Cérisol et son équipe vont devoir plonger dans les arcanes de cette terrible relation père-fils.
 » Chez Séverac, la chaleur humaine alterne avec la noirceur, et l’humour contraste avec la tragédie poignante de l’amour filial.  » Le Monde des Livres  » Un polar psychologique remarquable, addictif et terriblement humain.  » Le Parisien

Impact

par Olivier Norek

« Virgil Solal entre en guerre, seul, contre des géants ».

Olivier Norek nous surprend à nouveau. Toujours aussi doué et efficace dans la construction de ses intrigues, il aborde avec ce polar les thèmes des multinationales polluantes, l’urgence climatique, l’engagement. Un rythme serré, un polar contemporain et captivant.

Les princes de Sambalpur

par Abir Mukherjee

Deuxième opus très attendu après « L’attaque du Calcutta Darjeeling » !Échouer à prévenir l’assassinat d’un prince n’est pas un fait d’armes dont peuvent s’enorgueillir le capitaine Wyndham et le sergent Banerjee, de la police de Calcutta.

D’omelettes trop pimentées pour les papilles anglaises au culte de l’étrange dieu Jagannath, en passant par une chasse au tigre à dos d’éléphant, Wyndham et Banerjee seront initiés aux mœurs locales. Mais il leur sera plus compliqué de pénétrer au cœur du zenana, le harem du maharajah, où un certain confinement n’empêche pas toutes sortes de rumeurs de circuler. Au-delà du suspense, une plongée au cœur des petits royaumes de l’Inde traditionnelle des années 1920, et une subtile analyse de l’impossible coexistence entre Britanniques et Indiens.

Coup de cœur : un régal de roman policier historique. Un délicieux mélange d’humour British et d’un Hercule Poirot détonnant. Très documenté, d’une lecture agréable ; de plus l’intrigue est intéressante. Comment passer un excellent moment, sourire aux lèvres, loin de tout.