Coups de cœur du rayon Rayons

Ana et l’Entremonde T1 – Par l’ouest, vers les Indes

par Marc Dubuisson ; Cy

Résumé :
1492. Iles Canaries. Ana et Domingo, deux jeunes orphelins, ravitaillent les navires faisant halte au port de Las Palmas. Alors qu’ils chargent le Santa Maria, ils se retrouvent embarqués dans la fameuse expédition de Christophe Colomb : direction les Indes ! Malheureusement pour eux, dans cette version de l’Histoire, la Terre est plate. Arrivés aux chutes du bout du monde, ils se retrouvent projetés dans un univers fantastique peuplé de pirates en tous genres : l’Entremonde ! D’aventure en aventure, Ana, désormais séparée de ses amis, va devoir s’adapter à cette nouvelle contrée insolite, apprendre ses codes et apprivoiser ses curieux habitants.
Peu à peu, elle va réaliser qu’un personnage menace l’Entremonde et que ce lieu est encore plus surprenant qu’elle ne le pensait…

Coup de cœur :
Un album tout public (ado/adulte) très bien mené aux dessins plein de charme et de dynamisme. Premier tome d’une nouvelle saga maritime, dépaysante et surprenante.
Une aventure à suivre !

Sans preuve & sans aveu

par Philippe Jaenada

L’incompréhension et l’indignation. Philippe Jaenada a été saisi de ces sentiments au spectacle de l’injustice flagrante qui, en juin 2021, a condamné à quinze ans de prison un homme de soixante-six ans sans aucune justification avérée. Il a tenu à écrire dans le détail le cheminement de cette instruction longue et litigieuse qui a conduit à une décision inacceptable.

Coup de cœur : passionnés malgré nous par ce fait divers, minutieusement décortiqué et décrit avec le talent et l’empathie de Philippe Jaenada.

Plus bas dans la vallée & quelques courts récits des Appalaches

par Ron Rash

Un an après son départ pour le Brésil, Serena, personnage emblématique de l’oeuvre de Ron Rash, revient dans les Great Smoky Mountains. Selon le contrat qui la lie à la compagnie de Brandonkamp, tous les arbres de la dernière parcelle qu’elle possède aux Etats-Unis doivent être abattus avant la fin de juillet. Il ne reste que trois jours. La pluie incessante qui fait de ce flanc de montagne un véritable bourbier, les serpents impitoyables, l’épuisement des bûcherons en sous-effectif rendent la tâche presque impossible.
La « Lady Macbeth des Appalaches » sera-t-elle à la hauteur de sa sinistre réputation ? Autour de ce diamant noir, six nouvelles âpres mais traversées d’éclairs d’un humour parfois grinçant disent la vie rude et privée d’horizon des enfants oubliés de l’Amérique que sont les habitants de cette contrée.

Coup de cœur : Ron Rash est à son meilleur … de nouveau ! Envoûtant, tranchant, inventif, il déploie toute une palette de situations et de personnages pour notre plus grand plaisir de lecteurs avides d’histoires bien racontées.

Impossible

par Erri De Luca

On part en montagne pour éprouver la solitude, pour se sentir minuscule face à l’immensité de la nature. Nombreux sont les imprévus qui peuvent se présenter, d’une rencontre avec un cerf au franchissement d’une forêt déracinée par le vent. Sur un sentier escarpé des Dolomites, un homme chute dans le vide. Derrière lui, un autre homme donne l’alerte. Or, ce ne sont pas des inconnus. Compagnons du même groupe révolutionnaire quarante ans plus tôt, le premier avait livré le second et tous ses anciens camarades à la police.
Rencontre improbable, impossible coïncidence surtout, pour le magistrat chargé de l’affaire, qui tente de faire avouer au suspect un meurtre prémédité. Dans un roman d’une grande tension, Erri De Luca reconstitue l’échange entre un jeune juge et un accusé, vieil homme « de la génération la plus poursuivie en justice de l’histoire d’Italie » . Mais l’interrogatoire se mue lentement en un dialogue et se dessine alors une riche réflexion sur l’engagement, la justice, l’amitié et la trahison.

Yougoslave

par Thierry Beinstingel

Ma grand-mère habitait à Sarajevo, près de l’endroit où l’archiduc François-Ferdinand a été assassiné en juin 1914, événement considéré comme déclencheur de la Première Guerre mondiale. A la fin de la Seconde, en mai 1945, on la retrouve à Berlin, au milieu des décombres, entourée de ses enfants. Ces deux anecdotes sont le fondement d’une quête qui retrace presque deux siècles et demi d’une chronique à la fois familiale et historique, mettant en scène six générations d’une famille.
Balayant une Mitteleuropa en perpétuelle évolution, ce roman tâche de rendre hommage à ceux dont l’histoire n’a pas retenu les noms, mais qu’elle a tout de même embarqués dans ses bouleversements. Et, en ces temps où la situation des migrants n’a jamais été aussi controversée, il a aussi pour volonté de remettre dans nos coeurs les péripéties modestes et singulières de nos origines. T. B. Une saga de gens simples, qui subirent les chaos de leur temps et les affrontèrent souvent avec le courage de personnages de roman, ceux que la postérité retient.

L’Ombre du chardon

par Aki Shimazaki

Après « Le Poids des secrets » et « Au coeur du Yamato », l’écrivaine Aki Shimazaki signe un troisième cycle romanesque, « L’Ombre du chardon ». On y retrouve son délicat art de l’épure pour évoquer la complexité des rapports humains, le poids des non-dits et des carcans imposés par une société entre modernité et traditions. Ce coffret réunit les cinq volumes qui peuvent se lire indépendamment et dans le désordre de « L’Ombre du chardon » : « Azami », « Hôzuki », « Suisen », « Fuki-no-tô » et « Maïmaï ».

Le mage du Kremlin

par Giuliano Da Empoli

On l’appelait le « mage du Kremlin ». L’énigmatique Vadim Baranov fut une des éminences grises de Poutine, dit le Tsar. Après sa démission du poste de conseiller politique, les légendes sur son compte se multiplient, sans que nul puisse démêler le faux du vrai. Jusqu’à ce que, une nuit, il confie son histoire au narrateur de ce livre…
Ce récit nous plonge au cœur du pouvoir, où courtisans et oligarques se livrent une guerre de tous les instants.  Mais Vadim n’est pas un ambitieux comme les autres : entraîné dans les arcanes de plus en plus sombres du système qu’il a contribué à construire, ce poète égaré parmi les loups fera tout pour s’en sortir.
De la guerre en Tchétchénie à la crise ukrainienne, en passant par les Jeux olympiques de Sotchi, Le mage du Kremlin est le grand roman de la Russie contemporaine.

Coup de cœur : passionnant de bout en bout, ce roman précis, à l’élégante écriture, n’est pas que le dévoilement des dessous  de l’ère Poutine, il propose aussi une sublime méditation sur le pouvoir, sur notre consentement au pouvoir et sur l’avenir – commun ? – de l’Occident et de la Russie. C’est encore le portrait d’un homme complexe, intelligent et émouvant.

Mr Wilder et moi

par Jonathan Coe

Dans la chaleur exaltante de l’été 1977, la jeune Calista quitte la Grèce pour découvrir le monde. Arrivée à Los Angeles, elle fait une rencontre qui bouleversera sa vie : par le plus grand des hasards, elle se retrouve à la table du célèbre cinéaste Billy Wilder. Quelques mois plus tard, pendant le tournage en Grèce de Fedora, la jeune femme, qui ne connaît alors rien au cinéma, devient l’interprète du réalisateur le temps d’un fol été.
Tandis qu’elle s’enivre de cette aventure dans les coulisses du septième art, Billy Wilder vit ce tournage comme son chant du cygne…

Coup de cœur :Jonathan Coe raconte avec tendresse, humour et nostalgie les dernières années de carrière d’une icône, et nous offre une histoire irrésistible sur le temps qui passe, la célébrité, la famille et le poids du passé.

Enfant de Bohême

par Gilles Kepel

« Tu as fermé ta lettre de deux cachets à la cire rouge portant le monogramme de notre patronyme, la lettre K, élégamment inscrite dans une ellipse. Je conserve un souvenir d’enfance du sceau et de son bâton de cire, qui faisaient partie de l’immense bric-à-brac acquis aux salles d’enchères par Rodolphe durant son exil londonien. Sans doute avait-il trouvé dans cette onzième lettre de l’alphabet vendue au hasard de l’encan dans un lot disparate, fréquente en anglais comme en tchèque mais rare en français, le tesson de notre identité persistant dans la tourmente.
Ce modeste K, qui appartenait peut-être à un King, un Kellogg, un Kenneth prématurément tué ou ruiné par la guerre, magnifiait soudain notre survie familiale à travers les tribulations du XXe siècle… Petit garçon j’avais tenté de jouer avec cet objet fascinant qui produisait des dessins en relief : je me souviens comment tu fis fondre pour moi avec ton briquet – tu étais encore fumeur dans les années 1960 – la cire qui grésillait.
Je me remémore son parfum de brûlé, les bulles noires et rouges, la pâte molle qui en séchant fit naître ce camée cramoisi, chétif et précieux ».

Les Quiquoi et la véritable histoire d’Halloween (à peu près)

par Laurent Rivelaygue

C’est Halloween, les Quiquoi n’hésitent pas à se déguiser ! Mais la chasse aux bonbons, c’est pas si facile que ça, surtout quand l’inventeur d’Halloween est de la partie…
Comme toujours, les petits personnages de Olivier Tallec sont irrésistibles !
Un album/première BD dès 5/6 ans.