Coups de cœur du rayon Sciences humaines et sociales

(histoire, économie, politique, philosophie, psychologie, sociologie…)

Personne ne sort les fusils

par Sandra Lucbert

De mai à juillet 2019 se tient le procès France Télécom-Orange. Sept dirigeants sont accusés d’avoir organisé la maltraitance de leurs salariés. Parfois jusqu’à la mort. On les interroge longuement, leur fait expliquer beaucoup. Rien à faire : ils ne voient pas le problème. Le PDG a un seul regret : « Cette histoire de suicides, c’est terrible, ils ont gâché la fête ».
Il y avait donc une fête ? Parlons-nous la même langue ?

Sandra Lucbert est née en 1981. Normalienne, agrégée de lettres, outre deux romans, elle a écrit un autre texte d’intervention littéraire : Le ministère des contes publics. Prix Les Inrockuptibles Essai.

Coup de cœur : Quelle langue nous parlent les puissants ? Comment ont-il détourné le langage pour servir leurs intérêts …  Indispensable et nécessaire, terriblement pertinent et actuel, cet essai est à lire absolument ! 

Le ministère des contes publics

par Sandra Lucbert

Une maternité ferme. Un accouchement tourne mal. Un enfant meurt. Interpellé, le préfet n’a qu’une chose à dire :  » nous sommes comptables de la dette publique « . Et le verrou est mis. Proposition de la littérature : tourner la clé. A l’évidence, tout tient dans une formule — mais qu’est-ce qu’elle tient cette formule ? Un ordre, des intérêts, un verrouillage. En guise de quoi on dit : LaDettePubliqueC’estMal.
C’est un assommoir : trente ans de répétition, des parleurs, des figures, des grimaces — tous les tours de l’autorité. Qui n’y feront rien : ce seront toujours des contes. Mauvais livre de contes : l’ouvrir, le désosser, le bazarder.

Coup de coeur : après « Personne ne sort les fusils », Sandra Lucbert  met à jour à nouveau très brillamment les ressorts mortifères du langage des dominants. Un texte de salut public, une démonstration implacable et indispensable.

Il était une fois sur cent – Rêveries fragmentaires sur l’emprise statistique

par Yves Pagès

Des années durant, l’écrivain Yves Pagès a glané toutes sortes de statistiques, notant dans un carnet des centaines de pourcentages. De ce vertigineux inventaire, il a fait un livre qui reconstitue par fragments le tableau d’une société infestée par une vision comptable du monde. Difficile de rompre la glace du monstre statistique, d’échapper à ses ordres de grandeur qui prétendent tout recenser de nos faits et gestes, quantifier nos opinions, mettre en coupe réglée nos vies matérielles.
Il nous livre en pointillé une analyse caustique de la condition des vivants à l’ère de la gouvernance par les nombres, agrémentée de quelques suggestions pour passer entre les mailles du filet statistique.

Coup de cœur : balade instructive et inédite sur les chemins parfois absurdes des pourcentages et autre ratios. Une écriture soignée, un certain engagement, un régal de lecture et de fameuses pistes de réflexion !

Dans les geôles de Sibérie

par Yoann Barbereau

« Cueilli impréparé, j’étais de ces taulards qui font leur entrée dans le monde sans aucun effet personnel ». Irkoutsk, Sibérie orientale. Yoann Barbereau dirige une Alliance française depuis plusieurs années. Près du lac Baïkal, il cultive passions littéraires et amour de la Russie. Mais un matin de février, sa vie devient un roman, peut-être un film noir. Il est arrêté sous les yeux de sa fille, torturé puis jeté en prison.
Dans l’ombre, des hommes ont enclenché une mécanique de destruction, grossière et implacable, elle porte un nom inventé par le KGB : kompromat. Il risque quinze années de camp pour un crime qu’il n’a pas commis. L’heure de l’évasion a sonné…

Dans les forêts de l’ours

par Rémi Huot

Tous ceux qui se sont intéressés, de près ou de loin, à la vie mystérieuse de l’ours sont finalement tombés d’accord sur les possibilités de l’observer. Ils sont légion celles et ceux qui, par crainte ou par passion, l’ont traqué des vies entières sans jamais le voir. Au risque d’attendre sans succès aux heures crépusculaires, Rémi Huot se doit tout de même d’essayer. Désireux de rencontrer la bête à l’état à sauvage, il part à l’est de l’Europe, marcher à rebours des grands chemins et des lieux communs, dans un pays perdu.
Se mettre à la recherche de l’ours, c’est d’abord vivre un morceau de solitude dans les bois et se plier à l’exigence de la marche. C’est prendre les heures d’attente comme autant de chances de ne faire plus qu’un avec l’espace naturel et se dire que la quête se vaut bien à elle seule.

Coup de cœur : plus qu’un récit de marche, ce texte à l’écriture soignée et recherchée est un grand roman de la nature. Célébrant faune et flore, c’est une belle réflexion sur le monde sauvage et sur l’homme.  Passionnant et touchant.

Chaudun, la montagne blessée

par Luc Bronner

Vous montez un col, traversez une forêt, longez une rivière. Au fond de la vallée, les restes d’un village, des blocs de pierre brisés, presque rien : ci-gît Chaudun, village maudit qui fut vendu en 1895 par ses habitants à l’administration des Eaux et Forêts. Trop d’hommes et de femmes, trop de bêtes à nourrir. Au fil des ans, la plupart des bois ont disparu, ravagés par des coupes excessives. La vallée est exsangue, les pâturages inexploitables.
Comme un torrent en crue, le récit de Luc Bronner charrie et recompose toutes les traces du passage des hommes et des femmes dans leur intimité et jusqu’à leur fuite inéluctable. Evocation poétique, érudite et charnelle des paysages alpins, de leur beauté et de leur cruauté, ce livre est le récit minutieux d’un désastre écologique et humain et, in fine, d’une résurrection : aujourd’hui, Chaudun est le coeur d’un espace ensauvagé, l’une des plus somptueuses vallées d’Europe où l’animal a remplacé l’homme.
La quête s’achève sur un éblouissement :  » Il faudrait raconter la jouissance des botanistes dans ces lieux abandonnés par l’homme depuis plus d’un siècle. Cette étrange sensation de vertige face à la beauté infinie. Je me berce de cette opulence, de cette orgie du végétal qui déborde de toutes parts, à toutes les heures du jour et de la nuit ».

Personne ne sort les fusils

par Sandra Lucbert

De mai à juillet 2019 se tient le procès France Télécom – Orange. Sept dirigeants sont accusés d’avoir organisé la maltraitance de leurs salariés. Parfois jusqu’à la mort. On les interroge longuement, leur fait expliquer beaucoup. Rien à faire : ils ne voient pas le problème. Le PDG a un seul regret :  » Cette histoire de suicides, c’est terrible, ils ont gâché la fête.  » Il y avait donc une fête ? Parlons-nous la même langue ? Sandra Lucbert est née en 1981.
Normalienne, agrégée de lettres, elle a écrit deux romans, Mobiles (Flammarion, 2013) et La Toile (Gallimard, 2017).

Coup de cœur : un choc avec ce texte. Bien au-delà du procès Orange, l’auteure décortique le langage libéral et son projet de société bien particulier. Salutaire, limpide, une leçon de mots, une mise en garde sur le cynisme.

De la démocratie en pandémie – Santé, recherche, éducation

par Barbara Stiegler

La conviction qui nous anime en prenant aujourd’hui la parole, c’est que plutôt que de se taire par peur d’ajouter des polémiques à la confusion, le devoir des milieux universitaires et académiques est de rendre à nouveau possible la discussion scientifique et de la publier dans l’espace public, seule voie pour retisser un lien de confiance entre le savoir et les citoyens, lui-même indispensable à la survie de nos démocraties.
La stratégie de l’omerta n’est pas la bonne. Notre conviction est au contraire que le sort de la démocratie dépendra très largement des forces de résistance du monde savant et de sa capacité à se faire entendre dans les débats politiques cruciaux qui vont devoir se mener, dans les mois et les années qui viennent, autour de la santé et de l’avenir du vivant.

Sorcières – La puissance invaincue des femmes

par Mona Chollet

Journaliste au Monde Diplomatique, Mona Chollet nous livre un essai féministe brillant sur la chasse au sorcières et sur les séquelles que l’imaginaire construit autour de ce « personnage » à encore dans notre société.La puissance invaincue des femmes qui prétendaient contrôler leur fécondité  et la femme âgée, devenue, et restée depuis, un objet d’horreur. Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.
Mona chollet est l’autrice de Beauté fatale (Les nouveaux visages d’une aliénation féminine) et de Chez soi (Une odyssée de l’espace domestique).

GEO Le monde en 300 cartes – Images satellites et infographies – Beau Livre

par Geo

Ouvrez les yeux en grand sur le monde ! Conçu par les plus grands spécialistes internationaux de cartographie, l’Istituto Geografico De Agostini, dont LIBRERIA GEOGRAFICA a recueilli l’expérience, et les Editions Glénat en collaboration avec le journal GEO, cet atlas est l’ouvrage de référence indispensable pour tous les curieux et passionnés de cartes du monde. Grâce aux méthodes de pointe de la cartographie numérique, les cartes bénéficient d’une précision exceptionnelle.
Une représentation des territoires à des échelles allant de 1 : 60 000 000 pour les continents du monde, à 1 : 1 250 000 pour les zones terrestres plus restreintes tels les pays de l’Union européenne. L’ouvrage rassemble des cartes physiques et politiques, des cartes thématiques de la France : géologie, météorologie, économie, démographie… ; des pages d’infographies aux thématiques variées (Transports, communication, démographie, richesses, pauvreté, échanges commerciaux…) ; un tableau d’assemblage pour faciliter la consultation des cartes par zone géographique ; une riche toponymie exploitant les noms locaux officiels ; un planisphère indiquant les fuseaux horaires terrestres ; un index répertoriant 120 000 noms de lieux.